La situation de l’emploi en Outre-Mer au 3ème trimestre 2016, selon les conclusions de l’Observatoire de l’Outre-Mer (Ministère de l’Outre-Mer) semble légèrement s’améliorer.

Les proportions d’actifs et d’inactifs ne sont pas équivalentes en outre-mer et en métropole. La longue scolarisation, l’entrée tardive sur le marché du travail, bien au-delà de 15 ans, amplifient le déséquilibre entre actifs et inactifs. Mayotte compte plus d’inactifs, ce qui s’explique par la jeunesse de la population. Certaines personnes souhaitant travailler sont néanmoins comptées parmi les inactifs, parce qu’elles ne sont pas disponibles rapidement pour travailler (deux semaines) ou parce qu’elles ne recherchent pas activement un emploi. Ces personnes forment le « halo » autour du chômage.

Ce phénomène touche plus particulièrement les femmes et a un impact sur leur taux d’activité qui est inférieur à celui des hommes quel que soit le territoire. L’outre-mer est plus touché par le chômage que la métropole. L’accès à l’emploi y reste difficile, surtout pour les jeunes ou/et les femmes. Malgré tout, en 2015, le nombre moyen de salariés augmente dans 13 régions de France dont 3 DOM. Certains secteurs, différents selon les régions, sont plus dynamiques :

  • à La Réunion, les secteurs de la production et distribution d’eau, de l’action sociale et de l’hébergement-restauration
  • en Martinique, de l’intérim et des transports et entreposage
  • en Guyane de l’hébergement-restauration et des transports et entreposage.

Cette reprise de l’emploi et l’entrée sur le marché du travail de davantage de femmes et de diplômés pourraient laisser entrevoir un changement positif sur la situation de l’emploi en outre-mer et surtout dans les DOM.

 

Source : Point Stats n°20 | Observatoire de l’Outre-Mer

 

Partager